“J'ai jamais pensé être clown, ça m'est tombé dessus”. Nathalie éclate de rire et s'ébourriffe les cheveux. En fait, tout se tient. Il y a d'abord le monocycle quand elle était petite fille. Avant-goût de spectacle. Plus tard, elle étudie l'horticulture. Une troupe passe à l'école et c'est le théâtre qui l'attrape pour toujours. Pour étoffer son jeu, elle entre à l'école Fratellini où elle travaille toutes les disciplines. Lors d'un spectacle, elle loupe un numéro à base de... monocycle ! Annie Fratellini en personne la repère, “T'es clown toi !” et la forme directement dans l'arène. “Je suis la seule femme clown, à part sa fille, qu'elle ait mise en piste !”

Elle enchaîne à coup de travail. Opéra, Cirque Archaos, cabarets et pose ses valises un peu  partout : Angleterre, Brésil, Allemagne, États-Unis... au gré des rencontres artistiques. Depuis mai  98, ses bases sont à Quessoy, en Bretagne, où elle a monté la compagnie Vis Comica. Mais la bougeotte la tient. Alors, elle poursuit ses aventures à travers le monde. Ces expériences nourrissent sa création et l'empêchent définitivement d'être rangée dans une case. Elle dit : “faire du cabaret, comme être clown, c'est vital”. Elle crée aujourd'hui un cabaret tout neuf et retrouve avec bonheur “un côté expressionniste allemand underground”.
LN Le Corre